Mon premier marathon en marche nordique par Cristelle Le Maire

A gauche : arrivée de Cristelle Le Maire; à droite : départ du 42 km ©DR
Défis Raoul II 2023 A gauche : arrivée de Cristelle Le Maire; à droite : départ du 42 km ©DR
Marcheuse nordique du club breton CIMA, Cristelle Lemaire nous raconte son premier marathon (42 km) en marche nordique effectué lors de l’épreuve des Défis Raoul II organisée le week-end du 13 mai à Fougères (Ille-et-Vilaine). Récit tout en verve de ses péripéties dans la forêt.

Motivée !

Message à mon marathon 🙂 : voilà plusieurs mois que je t’ai préparé avec mon club CIMA (Club Intercommunal Morbihannais d’Athlétisme), basé à Auray. Au programme : un plan d’entraînement associant de la technique nordique (côtes, fractionnés, longues sorties), du longe-côte, des palmes en mer, une partie de GR34 en rando sur une semaine, et des tests alimentation et matos.

Marcher sur une distance de 42km ne s’improvise pas. J’ai choisi l’épreuve des Défis Raoul II ou 100km de Fougères, une épreuve sans classement basée sur le dépassement de soi (voir article Comment l’ultra séduit de plus en plus en marche nordique). J’ai enrichi le physique, la technique et le mental avec l’objectif d’arriver avant 14h (soit une durée de moins de 8 heures). Je veux être au RDV et rien ne va m’y empêcher. J’ai suivi les encouragements des copains pour ne pas me transformer en « Food truck nordique ».

Premier départ du marathon à 6h du matin ©DR

Sans repère, j’ai juste la crainte d’avoir une fringale. J’ai bu et mangé régulièrement sans attendre les ravitos. Pour le reste, no doute ; no panic. Quelle savoureuse découverte : un départ nordique « tranquille » à 6h du matin. Ça change des modes fusées des courtes distances.

Bon Cris ! Tu regardes tout de même ton allure. Oui, je me suis fixée une allure à tenir et une à ne pas dépasser pour durer sur la longueur. Comme à l’Ultra-Marin, j’ai découpé le parcours en tronçons 15+15+12 et envisagé un temps horaire pour chacun d’entre eux.

Premiers 15 km : on échange

Premiers 15km : c’est ok. Tu prends ton rythme en t’engageant doucement mais sûrement dans la superbe forêt de Fougères (désolée je n’ai pas eu le temps de faire des photos). Les arbres sont majestueux et nous tous petits. On est six marcheurs ensemble. On a une bonne cadence et on alterne nos places spontanément.

Être dans l’effort sportif et le plaisir. L’ambiance est à la rigolade et aux échanges « d’où tu viens… ah ! oui ! … Tu as déjà fait un 42km… » …. Surprise : beaucoup de Morbihannais de différents clubs ou en solo. « On aurait pu venir tous ensemble… ». Une vraie colonie de Nordiques et une identité portée. Sympa.

Le château de Fougères ©DR

Ah ! Super ! Les copines du CIMA sont finalement juste à quelques minutes devant moi. C’est cool. On discute un peu tout en dégustant les fameux Tuc et banane arrosée d’eau. L’ambiance est bonne et on est tous motivés. Le ravito, un banquet !!! Cette fois-ci, je pars en binôme.

Oups ! la relance pour les 15km suivants est un peu difficile. Heureusement la technique de Jean-Marie Saint-Omer et de Margot (Marguerite Tilly) du club CIMA « j’ancre ; je respire » vient à ma rescousse. L’allure reprend assez rapidement et je prends ce qui se présente. Je suis plutôt une « Micheline », mais de 2023. Aucun problème de releveurs.

Yes !! Montées, lignes droites de voie verte, mares de boue…. Je ne sais plus l’heure qu’il est. Les repères sont déconnectés ou surtout connectés avec le parcours et les km, mes sensations. Pour moi, tout km engagé est acquis et je vais vers le suivant (astuce perso). Je compte à rebours de 5 en 5 par tranche de 15km.

On commence à croiser les coureurs/marcheurs du 100 km un mélange de « The Last of Us » « The Walking Dead » et pour d’autres de « Brushing Perfect ». C’est surprenant, courageux, mais ça ne me donne pas envie. Je ne me disperse pas trop car le mode touriste et curieuse va s’activer en moi et plouf mon 42km. Quel mérite de s’engager déjà sur un 100k et alors de le finir… 42km ET 100km, on s’encourage mutuellement avec le sourire pour certains (ils sont dans le dur, moi pas encore), mais le cœur y est pour tous. Je suis dans mes temps au 30 ème km.

2 ème ravito : stop bobologie

Aïe ! une p’tite ampoule qui pique et une p’tite contracture fessier qui chatouille. Un rapide stop bobologie s’impose. Les copines CIMA sont là (elles se sont perdues et gardent le smile. On ne décroche rien !). L’ambiance générale est bonne même si certains des 100km commencent à avoir des bobos et sont au bout de leur vie avec des abandons.

Moi, un p’tit sparadrap, un coup de baume du tigre blanc, toujours Tuc banane et ça repart avec un peu de retard. Mais comme m’a dit la veille l’ultra-trailer Pierre Le Clainche qui nous accompagne : « il vaut mieux faire un stop pour s’assurer de repartir pour finir ». Voici les derniers 12km… hmmm hmmm… l’ampoule pique. Je serre les dents pour passer la douleur (plusieurs fois, mais attention de ne pas briser vos dents). Ça fonctionne… là ! Changement de décor… je devrais être dans l’entonnoir où tous les parcours doivent se rejoindre (24 km-42 km-100 km) … Mais oups ! … Je suis quasiment toute seule sur cette partie du parcours.

Marcher nordique de nuit ©DR

Ils sont où ??? Personne devant, personne derrière. Seule dans cette forêt. Je commence à avoir ma dose de forêt. Moi avec Moi. Je ne vois plus trop la beauté de la forêt. C’est du bois… Ouf : des fléchettes rapides de clubs (parties à 7h – moi, à 6h), venues s’entrainer, me doublent et m’aspirent un peu. Un chouette moment trop court à mon goût.

On se voit à l’arrivée !

Eux, « On se voit à l’arrivée ! » Moi, « Avec plaisir ! ». J’aurai aussi alors terminé. Cela me correspond mieux que « Bon courage ! ». Je suis un peu regonflée. Je deviens un mélange de Mike Horn et Sarah Mc Nair-Landry (explorateurs de l’extrême) à Fougères. Je me retrouve à parler aux arbres pour qu’ils me donnent de leur force ; à penser aux amis, à la famille, à Symba mon chat ; aux beaux horizons de la côte bretonne et à chercher ma trace.

No stress. Je ris de me voir reconnaitre les traces de pointes nordiques pour trouver la direction de sortie de cette forêt. Savoir différencier l’empreinte de l’animal nordique peut être utile pour retrouver son chemin. Le mental est en marche et me porte vers l’arrivée. Je pense avoir une bonne allure, mais non à ma montre. Alors, on augmente la vitesse.

Dans la forêt de Fougères ©DR

Il me reste des cartouches (pensée vers mes coachs Christian Coudert, Régine, sa compagne et Véronique Dupré). Les émotions commencent à s’animer. Non, c’est trop tôt. Je les aspire pour la fin. Tiens !! Un supporter sur un siège pliant à l’orée de la forêt… Un humain… La civilisation approche… Signe du retour… Sur bitume pour les deux derniers kilomètres avec une belle longue montée au final.

Dur dur, oui et ne rien lâcher car ma barrière horaire de 14h approche. Une p’tite discussion sympathique avec un couple de concurrent locaux et qui me font signe de m’envoler car j’en ai encore sous le pied… Hop ! Hop ! Me voilà lancée en mode fusée vers l’arrivée. Un organisateur me lance « motivée pour refaire une autre boucle de 15km à ce que je vois ! ». J’entends le speaker. Les badauds m’encouragent depuis leur porte de maison. Il y a une superbe descente et bonne ambiance. Les coureurs veulent arriver et ont le sourire !

Où est mon équipe ?

Je déroule à fond de ce qui me reste. Je vois les supporters et les arches de l’arrivée. Je pense à mon équipe qui a fini et qui m’attend à l’arrivée. Je commence à avoir une peu de brume dans les yeux et la gorge serrée. Le sourire est là avec une grosse émotion.

J’arrive vers la ligne d’arrivée. Je cherche du regard la team CIMA. Gloups ! je n’y crois pas ! C’est une hallucination d’arrivée de marathon ce qui se passe !!! Mon regard balaye le parvis d’arrivée. Non pas d’hallu. La moutarde me monte instantanément au nez. Pointe de colère express. Ouiiii il y a des équipes qui m’accueillent chaleureusement, mais pas la mienne ! (J’apprendrai plus tard que celle-ci a dû aller récupérer un sac de rechange manquant).

Sacré marathon !

Eh bien ! C’est ok ! C’est avant tout MON MARATHON. Reflexe immédiat, transformer cela et savourer le bonheur intense d’avoir fait et terminé ce premier marathon. Un moment unique jusqu’au bout. Je suis très heureuse et fière de l’avoir fait et de vous le partager.

Je suis entrée au club du CIMA d’Auray pour faire l’Ultra-Marin nordique. Le trail m’a toujours plu et inspirée, mais je n’ai pas encore les capacités pour cela. Jamais, je n’aurai pensé faire cette distance lorsque j’encourageais les traileurs. Eh bien !!! C’est fait !! Trop cool.

Arrivée de Cristelle Le Maire ©DR

Alors ! ouiiii ! Ce marathon est un Sacré marathon. Merci aux organisateurs et à tous ceux avec qui j’ai préparé ce moment de façon directe ou indirecte sans qu’ils le sachent. Aucun problème de recup. Merci aussi à toute la famille nordique pour tous ses conseils et ses encouragements ! Ce marathon rentre dans mes parcours de cœur. Champagne et chocolat !!

En conclusion : un beau parcours hyper adapté à la marche nordique. Je vous invite à le faire l’année prochaine (ndlr : les dates 2024 sont fixées au week-end du 4 et 5 mai, voir site des Défis Raoul II). Soyez audacieux et curieux !

Cristelle Le Maire

Pratiquante et compétitrice de marche nordique depuis 2019, Cristelle Le Maire (50 ans) est entrée au CIMA (Club Intercommunal Morbihannais d’Athlétisme) pour participer à l’Ultra-Marin qu’elle a fait deux fois. Avec son club, elle a réalisé le Challenge nordique Ti Douar Alre et l’Ultra Tour des Côtes d’Armor. Elle a participé à l'Avonnaise sur le circuit des France et elle sera engagée sur le grand défi solidaire de l’Ultra-Marin 2023 pour soutenir la Team Rederien.

Cristelle Le Maire

Pratiquante et compétitrice de marche nordique depuis 2019, Cristelle Le Maire (50 ans) est entrée au CIMA (Club Intercommunal Morbihannais d’Athlétisme) pour participer à l’Ultra-Marin qu’elle a fait deux fois. Avec son club, elle a réalisé le Challenge nordique Ti Douar Alre et l’Ultra Tour des Côtes d’Armor. Elle a participé à l'Avonnaise sur le circuit des France et elle sera engagée sur le grand défi solidaire de l’Ultra-Marin 2023 pour soutenir la Team Rederien.

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Abonnez-vous à la Nordic News

Une fois par mois, recevez l’essentiel de l’actu de la communauté marche nordique. Abonnez-vous c’est gratuit !

Plus d'articles

3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Promo noël

10€ de réduction sur la formule d’abonnement
Mega Nordic Fan avec le code PROMO10

Profitez de nombreux avantages 
dont l’accès à 10 Master Class de qualité !

Offre uniquement disponible jusqu’au 26 décembre 2023 à minuit