Coureur, marcheur et compétiteur

Avant d’être marcheur Didier Omaly était un coureur. Habitant à Neuville-sur-Saône près de Lyon (Rhône), il a pratiqué la course à pied très jeune sur piste (1200 m comme minime), puis sur route en compétition dans différents clubs lyonnais avec des temps de 2h35 au marathon et 1h10 au semi-marathon. « J’ai fait 11 fois la mythique course Marvejols-Mende surnommée « La Légende » avec un record de 1h31 pour 23,3 km avec deux cols à 15 minutes du premier », se souvient-il. En raison de blessures, il arrête la course à pied et se met au basket.

Mais au bout de 4 ans suite à son divorce, il stoppe en 2001 toute activité physique et devient sédentaire pendant 10 ans. « Je suis passé de 68 kg à 105 kg, explique-t-il, car je suis un bon vivant ». Il décide toutefois de se reprendre en main en 2015 et se met à la marche nordique avec son amie de club, Annette Sergent, ancienne championne du monde de cross, au sein du club Val de Saône Athlétisme.

Didier Omaly retrouve très vite ses gênes de compétiteur. Il perd ses kilos superflus en revenant à un poids de 88 kg et a envie de se mettre à la compétition en marche nordique. Il passe avec Elisabeth Valette son diplôme d’entraîneur FFA en 2017 et rejoint Nordicfit, sport et santé, le club de l’entraîneur FFA Gilles Pinsard situé à Montargis. Il encadre un groupe de marcheurs dans les Monts d’Or du Lyonnais qui est rattaché au club Nordicfit. Il devient également en 2019 juge régional de marche nordique pour les compétitions du Marche Nordique Tour (MNT).

Arythmie cardiaque et hypertension

Comme beaucoup, Didier n’a pas eu de symptômes particuliers liés à son hypertension. « Quand je marchais à l’époque en août 2019, je voyais que ma montre GPS affichait un pouls à 120 battements par minute en descente et je me disais qu’il y avait un problème avec celle-ci, déclare-t-il en souriant. Mais je suis allé consulter et là j’ai vu que ma tension montait jusqu’à 21.9. On m’a diagnostiqué une fibrillation atriale (FA) et j’ai été opéré dans la foulée. L’opération d’ablation de FA consiste à retirer les fibres musculaires anormales qui se trouvent dans la zone de transition entre le tissu veineux et le tissu musculaire de l’oreillette gauche du cœur.

Après l’opération qui a duré 4h et le séjour d’une semaine à l’hôpital qui a suivi, Didier ne devait pas faire de sport pendant un mois. Mais c’était mal le connaître : au bout de 10 jours, il commence par marcher sur une distance de 5 km à 6km/h de moyenne et retrouve de bonnes sensations avec une tension de l’ordre de 12.7 ou 13.7 et un pouls au repos de 45 (contre 38 à 39 auparavant) avec un traitement médicamenteux (Coveram contre la tension et Eliquis comme anticoagulant). Il décide de se remettre à la compétition, obtient sa licence et participe en décembre 2019 à l’Oenotrail du Lunellois où il finit à la 50ème place.

«Mon anti-virus c’est la marche»

Les ennuis de santé ne s’arrêtent pas là. En avril 2020 Didier attrape le Covid. La marche nordique l’aide à lutter contre cette maladie. « J’avais mal à la gorge et je ne pouvais rien avaler comme une grosse angine, confie-t-il. Mais au bout de 10 jours c’est allé mieux et je me suis remis à marcher. Mon anti-virus c’est la marche », ajoute-t-il. Aujourd’hui Didier fait de la marche nordique entre 10 à 15 km par jour à une moyenne d’environ 7km/h. Il anime un groupe de marcheurs de Nordic Fit. Il pratique aussi la marche active en complément de la marche nordique. « Celle-ci est complémentaire et excellente pour faire travailler les épaules », souligne-t-il.

Didier a aussi été juge pour de nombreuses compétitions du MNT de la FFA (Gap, Chaumont, Championnats de France 2021). Il continue également la compétition : « ma dernière course remonte au mois d’octobre 2021 où j’ai participé au Cross des Remparts de Neuf Brisach en Alsace. Je suis arrivé en 35ème position », raconte-t-il. Il parfois difficile d’être à la fois juge et compétiteur, il faudrait mieux pouvoir combiner les deux, selon lui.

Cohérence cardiaque

La pratique de la cohérence cardiaque est excellente pour tous ceux qui ont un problème d’hypertension, souligne également Didier. C’est par un post Facebook de Beatrice Ranchon, coach reconnue de marche nordique basée à Bollène (Vaucluse), que Didier découvre cette technique. Il s’agit de respirer trois fois par jour, 6 respirations par minutes et pendant 5 minutes. « Moi qui suis très speed, j’applique cette technique chaque matin, midi et soir. Cela me détend et m’amène du calme. Maintenant mon cœur est régulier ».

En 2021 Didier a déjà plus de 3000 km de marche au compteur (avec 300 km pour le seul mois d’octobre). « Ma principale ambition est de me maintenir en forme et de profiter de la convivialité dans les compétitions, soit comme compétiteur, soit comme juge. Paradoxalement on en profite plus quand on est compétiteur que juge, ajoute-t-il. J’envisage d’aller à la Nordique Aixoise en janvier, à Garons en mars et aux prochains Championnats de France en avril 2022 à Chamarande ». Et pour compléter le tout Didier prévoit de se remettre au vélo de route, qui est excellent pour faire maigrir. Beau programme pour un accidenté du cœur !

Retour aux actus