Un sport qui n’abîme pas

« Grâce au BungyPump (bâtons à résistance dynamiques originaires de Suède, voir le site BungyPump World Association), on peut faire travailler 90% de ses muscles tout en préservant son corps », déclare Delphine Portmann. C’est l’argument de poids qui a convaincu cette grande sportive (course à pied, badminton, volley-ball, ski, fitness, pilates etc.) lorsqu’elle a découvert en 2019 ce sport. « J’en avais assez de me blesser, j’ai adopté le BP et depuis je ne changerais pour rien au monde ! », affirme avec un grand sourire Delphine, basée à Vinelz dans le canton de Berne, tout près de Neuchâtel.

« Ce sport permet de travailler à la fois sur l’endurance et la musculation profonde (plancher pelvien, sangle abdominale), le tout en pleine nature, c’est une vraie ressource tant pour le mental que pour le corps, ajoute-t-elle. De plus, il soulage toutes les articulations et permet de rester aligné (les épaules et le bassin restent alignés, la colonne dorsale est soutenue et reste droite) quand bien même il y a des irrégularités de terrain ». Le contact du bâton au sol est amorti par le système de pompe, et le mouvement reste donc doux.

Représentante BP pour la Suisse

Après une formation BP en Suisse, Delphine Portmann lance en 2019, en parallèle de son activité salariée à mi-temps dans l’assurance-maladie, sa propre structure : Sportcapacity. Son crédo : « Découvrir ses capacités par le sport » car, selon elle, chacun à son niveau peut développer ses capacités d’une manière extraordinaire. « Ainsi par exemple, quoi de plus gratifiant que de recevoir le sourire d’une personne peu sportive qui a réussi à monter une cote, ou une autre qui est parvenue à faire 600 m de dénivelé ! ». Delphine propose des entraînements sportifs hebdomadaires sur des parcours diversifiés de 6 à 8 km ponctués d’exercices de renforcement musculaire, et aussi des sorties en montagne. Elle fait partie avec deux autres coachs suisses de la première promotion des instructeurs BP agréés pour la Suisse par la BungyPump World Association.

Autre point sur lequel insiste Delphine Portmann : tout le monde peut pratiquer le BP à son niveau et selon ses envies : du peu sportif au compétiteur qui souhaite s’entraîner en complément. Et ajoute-t-elle : « on peut vraiment avoir une activité intensive et complète !  Il y a de quoi de faire ! ». La majorité des personnes participant à ses cours sont des femmes âgées entre 30 et 45 ans. Les personnes souhaitant un entraînement plus en douceur trouvent également leur place dans les cours de Sportcapacity. « Je module mes entraînements afin que chacun y trouve son compte ».

Le geste BungyPump

Il y a également un geste bien précis à effectuer en BungyPump signale Delphine Portmann. « Contrairement au geste de la marche nordique, la main reste fermée sur la poignée et on ne passe pas la main derrière la hanche. On plante le bâton à l’avant : si le pied gauche est en avant, la gomme du bâton droit se pose à la hauteur du talon du pied gauche. On a alors un mouvement du haut en bas qui permet de travailler l’ouverture thoracique et de renforcer notamment les triceps, les muscles abdominaux profonds et superficiels et le haut du dos. De plus, les bras semi-tendus permettent de préserver l’articulation du coude ».

Dans le cadre de ses activités BungyPump, Delphine accompagne également des patients pour la suite de leur rééducation (orthopédique ou gynécologique). En effet, les bâtons BP offrent une multitude de possibilités d’emploi, comme un support proprioceptif et une excellente manière de travailler son équilibre et sa coordination. En ce qui concerne la rééducation pour le plancher pelvien, les femmes sont à même de retrouver une activité sportive selon l’intensité qu’elles souhaitent, sans risques de dommages puisqu’il n’y a ni impacts ni augmentation de la pression intra-abdominale. Pour les femmes ayant des soucis d’incontinence ou qui souhaitent préserver les organes internes du petit bassin, le BP offre la sensation d’effort et un travail efficace sur les muscles profonds. Cette activité sportive est donc une très bonne alternative à la course à pied.

Marcher en tous temps

« Faire du BungyPump c’est comme une philosophie de vie, conclut Delphine Portmann. Il s’agit de rester dynamique, de varier les plaisirs et de persévérer ». Pour ses adhérents la coach suisse s’est adaptée aux mesures sanitaires liées au Covid (4 personnes + le coach). Elle a aussi créé un groupe Facebook Sportcapacity qui permet de rester en contact. Elle continue également à tenir le rythme des séances en marchant par tous temps (hormis quand il y a trop de vent). « On marche dans la neige aussi, mais il faut acquérir une bonne technique de marche pour le faire, ajoute-t-elle. Le BP pratiqué avec des raquettes peut être également un mouvement intéressant ».

Vous pratiquez le BungyPump en Suisse ? Vous préférez la marche nordique ? N’hésitez pas à témoigner dans les commentaires en bas de cet article !

Retour aux actus