Mon T2L par Ethel Drappeau et Emmanuel Pène

Emmanuel Pène et Ethel Drappeau au T2L ©DR
Emmanuel Pène et Ethel Drappeau au T2L ©DR
Cette année, la bataille a été rude entre les 39 compétiteurs du Tour du lac Léman (T2L) en marche nordique (192km en cinq jours du 17 au 21 mai) face à deux Polonaises qui ont trusté les deux premières places au scratch. Voici le récit croisé d’Ethel Drappeau, arrivée 3ème féminine et d’Emmanuel Pène, deuxième du podium masculin.

Ethel Drappeau : « J’ai pris le temps d’admirer les paysages »

Son profil : athlète adepte des longues distances
Ethel (54 ans), qui exerce le métier de tapissier d’ameublement, est une athlète de longue date : elle a pratiqué le basket en compétition pendant 20 ans (et sans blessure, souligne -t-elle). Après le décès de son mari en 2016 elle s’est mise à marcher et elle multiplie depuis un an les compétitions en marche nordique. Fondatrice avec David Gourdeau du club Marche Nordique Pays Mélusin, basé dans le département de la Vienne, elle a participé aux derniers Championnats de France et d’Europe. Adepte des longues distances, elle a déjà réalisé en marche nordique l’Ultra-Marin (100km en 2021 et 175km en 2022) ainsi que les 100km de Millau en 2022.

Ethel Drappeau sur le T2L ©DR
Ethel Drappeau sur le T2L ©DR

La course : « J’ai marché toute seule durant 5 jours »
« L’équipe polonaise Polipack Team GWE originaire de la région de Gdansk est venue en nombre (17 compétiteurs) avec des ambitions et une assistance fournie. Dès le départ de la course j’ai été décrochée par Elizbieta Wojciechowska, qui sur toutes les étapes me distançait d’une heure. Elle a d’ailleurs pulvérisé le record du T2L – toutes éditions confondues – avec un temps total de 23h32min. J’ai plus discuté avec la deuxième Polonaise, Agnieska Mielecka, qui a réalisé pour sa part un temps total de 25h43min. J’ai de mon côté bouclé les cinq étapes en 28h19min, soit le septième temps au scratch (voir les résultats sur Léman Nordique T2L).

T2L 2023 : podium féminin ©DR
T2L 2023 : podium féminin ©DR

J’ai traversé des paysages magnifiques (vignes de Lavaux, etc.) avec des moments privilégiés comme l’apéritif offert à Bursinel. J’ai adoré dormir dans les « bunkers » (abris antiatomiques) en Suisse. Sur les 4 derniers km de la cinquième étape, j’ai été à fond pour ne pas me faire rattraper par les Polonais qui étaient derrière.

  •  L’étape la plus dure : la première étape entre Thonon et Le Bouveret.
  • Mon matériel : bâtons Guidetti avec des embouts mis tout le long du parcours.
  • Le + du T2L : beaucoup d’échanges avec les autres compétiteurs qui viennent de toutes les régions françaises ou d’autres pays. On s’enrichit beaucoup les uns avec les autres ! Une Polonaise m’a offert son maillot à la fin de la course.
  • Le point à améliorer : pour les compétiteurs qui arrivent tôt à l’étape (en début d’après-midi), il serait bien d’avoir un repas servi rapidement.
  • Conclusion : que du positif avec l’envie de refaire le circuit avec des membres de mon club en mode Découverte !
Passage dans le golf ©DR
Passage dans le golf ©DR

Mes projets pour la suite
Je prévois d’aller au Tour du lac de Vassivière (26km) et de participer aux qualifications pour le prochain Championnat de France. Sans oublier bien sûr Les 6h Vivonnoises, organisées par mon club (la première édition avait eu lieu en novembre dernier).

Emmanuel Pène : « Gérer sa course face aux Polonais »

Son profil : compétiteur depuis 2017
Emmanuel Pène (51 ans) s’est mis à la marche nordique quand il est arrivé dans la région parisienne en 2017 pour son travail (il est informaticien). Originaire de Pau, il y pratiquait la marche rapide, le trail et le vélo. Habitant Levallois, il a intégré le club FFA Athlétisme Puteaux 92 (CAP 92) qui rassemble une centaine de pratiquants, dont 15 compétiteurs. Il participe à une dizaine de marches nordiques chronométrées par an (dont 2 ou 3 MNT) et il s’est aligné aux Championnats de France 2021 à Chamarande. Depuis deux ans, ce sont les distances plus longues qui l’intéressent : il a ainsi fait la marche Versailles-Mantes en janvier dernier (53km). Ayant déjà participé au T2L en 2018 et ayant dû abandonner à l’issue de la quatrième étape à Genève, il avait pour objectif de terminer la course et si possible dans le Top 5.

Emmanuel Pène sur le T2L ©DR
Emmanuel Pène sur le T2L ©DR

La course : « tenir le rythme face aux Polonais »
« Comme Ethel Drappeau, j’ai dû tenir le rythme face à l’équipe polonaise Polipack Team GWE très bien entraînée. J’avais de l’énergie durant les deux premières étapes, c’est après que cela a été le plus dur. Au final, je suis arrivé en quatrième position au scratch avec un temps de 26h19min derrière l’autre Français Jérôme Rivet, qui a réalisé un temps de 25h56 min (voir les résultats sur Léman Nordique T2L).

T2L 2023 : podium masculin ©DR
T2L 2023 : podium masculin ©DR

Dès la première étape, j’ai eu un problème au genou, j’ai ralenti, et du coup j’ai été distancé par Jérôme Rivet et la deuxième Polonaise, Agnieska Mielecka. Je me suis rattrapé à la deuxième étape où j’ai réalisé 8km/h de moyenne en finissant deuxième derrière la première Polonaise Elizbieta Wojciechowska. Malheureusement je n’ai pas pu poursuivre sur cette lancée lors des trois dernières étapes. J’ai simplement essayé de ne pas trop me faire distancer par les premiers ni rattrapé par mes poursuivants. Une stratégie qui a payé même si j’ai été devancé de 7 min lors de la cinquième étape par le Polonais Zbigniew Rakowiecki. Celui-ci a fini 15 minutes derrière moi au général.

  • L’étape la plus dure : la troisième étape entre Lutry et Bursinel. Après un départ très rapide, j’ai réussi à suivre les premiers jusqu’au 30ème km, puis j’ai eu une défaillance liée à la déshydratation et j’ai terminé à 6,5 km/h de moyenne loin derrière les premiers.
  • Mon matériel : bâtons KV+ et embouts Décathlon. Pour le bitume j’ai aussi épaissi mes pointes avec une gaine auto rétractable.
  • Le + du T2L : un cadre fantastique avec pour moi la deuxième étape qui est la plus belle entre Le Bouveret et Lutry avec le Château de Chillon et les Vignes de Lavaux. J’ai fini cette étape en compagnie de la deuxième Polonaise Agnieska et de son compatriote Zbigniew, un souvenir mémorable (voir photo).
  • Le point à améliorer : prendre mieux en compte les besoins des compétiteurs pour le ravitaillement en fin d’étape. Pour ma part, j’avais pris l’option hôtel qui donne un véritable confort.
  • Conclusion : grâce à une meilleure gestion de ma course j’ai réalisé une meilleure performance avec un temps de 26h19min.
Arrivée à Lutry avec Agnieska et Zbigniew ©DR
Arrivée à Lutry avec Agnieska et Zbigniew ©DR

Mes projets pour la suite
Je vise d’autres épreuves longue distance. Je pense notamment à faire les 100km de Fougères l’année prochaine.

Isabelle Verdier
Isabelle Verdier

Journaliste, fondatrice du site Pratique Marche Nordique

Isabelle Verdier

Journaliste, fondatrice du site Pratique Marche Nordique

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Abonnez-vous à la Nordic News

Une fois par mois, recevez l’essentiel de l’actu de la communauté marche nordique. Abonnez-vous c’est gratuit !

Plus d'articles

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Promo noël

10€ de réduction sur la formule d’abonnement
Mega Nordic Fan avec le code PROMO10

Profitez de nombreux avantages 
dont l’accès à 10 Master Class de qualité !

Offre uniquement disponible jusqu’au 26 décembre 2023 à minuit