Une sensation de légèreté et de souplesse

C’est tout d’abord sur une neige damée ou peu profonde que l’on peut pratiquer la marche nordique : il peut s’agir d’un chemin pour raquettes ou piétons. Comme l’explique Roland Zede, instructeur formateur en marche nordique basé longtemps à Sallanches et promoteur du concept OTOP® en France (voir article), « la neige absorbe tous les bruits et créé une atmosphère ouatée avec des sensations différentes. On entend le bruit amorti des bâtons dans la neige et les sorties le soir pour admirer le lever de lune sont magiques », ajoute-t-il.

Même constat pour deux autres instructeurs formés par Roland Zede à la méthode OTOP® : Élisabeth Bibier et Carmelo Cuglietta, alias San Antonio sur Facebook. « Pour nous, marcher dans la neige est naturel, souligne Élisabeth : nous profitons du sol qui est souple, du paysage magnifique et de la neige qui craque sous les pieds. Tout est calme et c’est vivifiant de marcher dans le froid », ajoute-t-elle. « C’est un plaisir de marcher dans la neige avec les flocons qui tombent, on est comme dans un grand désert blanc », explique Carmelo. Pour sa part, Yannick Sire déclare que marcher dans la neige permet de mieux ressentir la poussée sur les bâtons et peut être très ludique : « on redevient des enfants ».

Quels équipements ?

L’important est de bien s’équiper pour ne pas avoir froid et/ou avoir les pieds mouillés. Roland Zede utilise les chaussures La Sportiva avec des chaines et des mini-guêtres. « Le mieux est d’avoir des chaussures taille basse, de préférence en gortex, pour assurer un bon déroulé de pied et ne pas avoir les pieds mouillés », précise-t-il. Pour les vêtements, le principe des trois couches que l’on peut enlever au fur et à mesure est très efficace : une première couche pour évacuer la transpiration, une deuxième pour tenir chaud (polaire) et une troisième pour couper du vent (anorak). Enfin, des gants pour ski de fond, des pantalons de ski ou de marche et/ou un collant complètent la tenue.

Pour sa part, Carmelo utilise des chaussures de trail à taille basse comme La Sportiva ou Raidlight pour les sorties longues, un caleçon chaud et deux ou trois couches de vêtement. « Vous pouvez acheter des chaussettes imperméables, précise de son côté Élisabeth, et bien sûr pour le froid des gants polaires ou des mitaines, un bonnet et une doudoune ». Enfin, vous pouvez rajouter des rondelles à vos bâtons.

Quelle durée de séance ?

« Marcher dans la neige est plus fatiguant et demande un effort supplémentaire, souligne Élisabeth. C’est pourquoi je privilégie des balades plus courtes sur 10 km », ajoute-t-elle. Pour Yannick Sire, la présence de la neige est moins habituelle dans la région de Menton, d’où l’idée d’en profiter dès qu’il y en a. « Nous avons fait en janvier une boucle au-dessus du village de Sainte-Agnès et tout le monde a adoré marcher dans la neige tout en admirant la vue sur la mer. C’était seulement pendant 45 minutes sur une séance de 1h30, mais très ludique. Tous les participants en ont redemandé », déclare-t-il.

Pour Roland Zede, les sorties sont limitées à deux heures avec des échauffements et des étirements réduits pour ne pas prendre froid. Pour tous les pratiquants de la marche nordique sur neige, les sorties lors d’un soir de pleine lune sont magiques. Ainsi, témoigne Élisabeth, « lorsque nous avons éteint nos frontales lors d’une sortie pleine lune à Megève, c’était une atmosphère spéciale avec un calme extraordinaire. Tout le monde en parle encore ! ».

Et vous, quel est votre ressenti de la marche nordique dans la neige ? N’hésitez pas à mettre en commentaire de cet article vos impressions !

Retour aux actus